Image
    Image
    ×
    Batissons le Mali ensemble ! (14 Oct 2019)

    La plateforme est officiellement lancée, Partagez vos idées ! Le débat est ouvert à tous !

    Les difficultés d’accès aux soins de santé et les pistes d’amélioration

    Plus d'informations
    il y a 3 mois 2 jours #142 par Djonkè FOFANA
    Les difficultés d’accès aux soins de santé et les pistes d’amélioration
    1. Les difficultés d’accès aux soins de santé de qualité pour tous:
    - L’inadaptation de la loi hospitalière rendant difficile son application à l’échelle des hôpitaux.
    - Modèle économique non viable: le modèle est basé sur le recouvrement des coûts. Cela suppose une adéquation entre l’offre et la demande. Pour le cas du mali la demande est nettement supérieure à l’offre. Les services sont dans un état pitoyable. Les infrastructures sanitaires ne répondent pas aux normes et standards de qualité, l’insuffisance de personnels soignants pour certaines pathologies. Aucune redévabilité exigible. Le système reste encore exclusivement tributaire de la subvention de l’état qui n’a point les moyens d’y faire face.
    - Une gouvernance sanitaire défaillante: les hôpitaux ne répondent pas aux besoins de la population. Le plateau technique ne s’adapte pas aux maladies émergentes et à l’évolution de la carte sanitaire. Le patient n’est pas ou peu pris en compte. Une démocratie sanitaire chaotique car l’état a transféré la santé aux collectivités sans les ressources.
    - Une gouvernance hospitalière non optimale: Des instances de décisions non légitimes telles les CA qui ne sont pas renouvelés conformément aux textes qui les régissent. Des hôpitaux sans projet médical à jour et sans projet d’établissement pluri annuel. Aujourd’hui aucun hôpital au Mali n’a un projet d’établissement, donc pas de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), pas de plans de maintenances pluridisciplinaires et pluriannuels, pas de comptabilité analytique optimale.
    - Corruption à tous les niveaux: de la petite à la grande corruption. Des cadres de santé non investis dans la qualité des soins et des services, des cadres infirmiers qui deviennent le point d’entrée des dévoiements des ressources des hôpitaux parfois et souvent avec une grande complicité des professeurs détenteurs de cliniques privées... Des intrants des hôpitaux vendus aux laboratoires privés à des prix dérisoires.
    - Manque d’hygiène et très souvent à la base de beaucoup de décès et ou de beaucoup de maladies nosocomiales...
    - Les services de l’Etat en charge des filets sociaux comme l’ANAM non solvables.
    - Bref des budgets qui subissent des coupes drastiques alors même que les hôpitaux sont déficitaires et exagérément endettés. Contrairement aux engagements pris à Abuja (consacrer 15% du budget de l’Etat à la santé) le Mali est en deçà de 5 %
    2. Des solutions innovantes vers un hôpital intelligent au service des patients.
    - Mise en œuvre urgente d’un vaste programme d’audit visant le département de la santé en passant par ses services centraux, décentralisés, personnalisés et déconcentrés et de toute la pyramide sanitaire. Avec l’intégration de la chaîne des filets sociaux et des assurances maladies au département de la santé il urge de réfléchir sur une meilleure organisation adaptée qui favorise l’accès en simplifiant le parcours des soins et en le rendant moins onéreux. Au niveau des structures de santé l’audit intègrera entre autres, l’organisation, les ressources humaines, le circuit des patients, la gouvernance, la qualité soins et des services, la qualité des infrastructures, la démocratie sanitaire, le système de référence et contre référence, le système de l’inspection/contrôle, le système d’accréditation et d’octroi et retrait des licences...
    - La refonte de l’organigramme du ministère qui tient compte de l’intégration des filets sociaux et des services d’assurance maladie au département de la santé. Il urge de créer trois grandes directions comme la DGOS (Direction générale de l’offre de soins)et la DGSSS (Direction générale de la solidarité et de la sécurité sociale), et enfin la Direction générale des grandes pandémies et maladies émergentes et de la réponse aux épidémies. Il urge de créer des groupements hospitaliers avec des plateformes de coordination afin de rendre les hôpitaux plus performants en les faisant travailler entre eux sur des aires géographiques données avec un modèle économique robuste, cohérent et soutenable.
    - Mise en place d’une réforme urgente du système hospitalier. Elle pourra permettre entre autres de; revoir la pyramide sanitaire qui tient compte du nouveau découpage territorial, revoir le mode de gouvernance en ouvrant le capital tout en favorisant l’implication des acteurs et personnels soignant dans la gestion, permettre la signature de conventions avec les privés solides (cliniques et ou laboratoires) dans une logique de partenariat gagnant gagnant, favoriser les prestations privées après les heures habituelles dans une logique de fidélisation et des patients et des RH qualifiées des hôpitaux, favoriser la mise en place de réseaux de soins à domicile en lien avec les Collectivités.
    - Renforcement de la gouvernance des hôpitaux à travers l’exigence et la mise en place dans tous les centres de santé de niveau 1, 2 et 3 des outils de gouvernance (projets d’établissement pluriannuels intégrant le projet médical, le plan de RH, le plan de maintenance, le plan qualité des soins et des services, l’organisation des services et du circuit des patients, le modèle économique soutenable validé...
    - Renforcer les systèmes d’inspection/contrôle en instituant un corps d’inspecteurs métiers qui n’existent pas aujourd’hui. Ce nouveau corps intégré dans le service d’inspection qui lui même doit dépendre directement du ministre de la santé sur le plan fonctionnel et de l’inspection générale d’état sur le plan hiérarchique. Des moyens doivent être mis à la disposition de ce service qui travaille à la redevabilité des hôpitaux et des services de santé.
    - Établissement entre les hôpitaux et le ministère de la santé et celui des finances des COM (contrats d’objectifs et de moyens) avec des indicateurs SMART
    - Organisation des services d’urgences et en renforcer ceux des CsRef permettant un désengorgement des hôpitaux. La mise en place des services de SAMU avec un numéro vert en complément de la protection civile qui n’est point adaptée pour la PEC des urgences médicales.
    - Tendre vers la spécialisation de nos grands hôpitaux (Ex: Ériger Gabriel Touré en hôpital mères enfants et le point G en médecine adulte et gériatrique et l’hôpital du mali en maladies chroniques non transmissibles et maladies émergentes, la création d’un centre national d’oncologie, et KATI en tromatologie...
    Voilà quelques pistes que je voulais partager avec vous et vos idées et suggestions m’intéressent
    • Samaké
    • Portrait de Samaké
    • Visiteur
    il y a 2 mois 4 semaines #149 par Samaké
    Une contribution à ce sujet
    Notre drame et incapacité à nous relever réside dans notre refus de comprendre et d'accepter que la première richesse d'une Nation est sa ressource humaine. Une ressource humaine bien formée capable de faire face aux défis par son intelligence et son courage.
    Le tout s'apprend à l'Ecole. Nous n'aurons jamais de système de santé digne de ce nom, qui rend la dignité à tous consommateurs s'adressant à nos services de santé , sans prendre à bras le corps la formation des soignants à tous les niveaux.
    La formation en Science de la santé, se complexifie d'année en année; Nous ne sommes pas sur ce registre! Nous n'assumons même plus la formation classique pour laquelle, notre pays était une référence, il ya....
    Comment renverser cette tendance, avec les pressions syndicales professorale et estudiantine? Nous pouvons disserter indéfiniment, en mettant en avant "il faut, il faut" .... Nous devons comprendre que ce sont les hommes et les femmes bien formés qui pourront exécuter " il faut" . Comprenons que le noeud gordien à trancher: la formation des ressources humaines et leur progression par le mérite.
    Merci
    Image

    Contacts

    Email : info@dialoguenational.ml

    Liens Utiles

    ©2020 Dialogue National Inclusif. Tous droits réservés. Design et Développement par AGETIC